Archives pour la catégorie Non classé

Buffet poétique et musical

L’Association Guyanaise d’Edition, son Président Monsieur Elie STEPHENSON

Et ses membres,

Ont l’honneur et le plaisir de vous convier à leur « Buffet poétique et musical»

Vendredi 2 juillet 2010 

..A l’ENCRE, route de Montabo

A partir de 19 heures

Pour toute information et réservation, merci de nous contacter au :

0594 28 19 92 ou 0694 26 57 70

 

Prix/pers : 20 euros  Couples : 30 euros  Etudiants : 15 euros (sur présentation de la carte)

 

Aidez-nous à réaliser nos projets de publications littéraires, venez nombreux à nos animations

Cette carte est exigible à l’entrée

Hôpital militaire

Le premier hôpital que l’on attribue au gouverneur Claude d’Orvilliers a été construit vers 1716 – 1717 pour soigner les militaires. C’était un petit bâtiment sur fourches au pied de la colline du Cépérou, à l’emplacement des douanes de l’ancien port.

Cet hôpital qui s’éffondrait fut démoli et reconstruit à la même place. Le nouvel édifice présentait tant d’inconvénients qu’en 1789 on décida de faire construire par le génie l’hôpital actuel.

Appelé d’abord « hôpital militaire » et constitué d’un immeuble en bois rectangulaire de plein-pied. En 1823 il fut surélevé et agrandi, on le prolongea par deux ailes à l’Est et à l’ouest, lui donnant ainsi la forme d’un U.

Poursuivre la lecture ‘Hôpital militaire’

Kontré Botan

bannire2.jpg

Vous êtes tous invités à participer à la manifestation du 24 octobre 2009 qui se déroulera sur la place des palmistes. Au programme, artistes, slam, danses traditionneles, vannerie.

Venez nombreux et contribuez au succès de cet évènement.

Ecole Léopold Heder

 

Lécole de Montsinéry durant les travaux a connu bon nombre de polémiques en 2004 et la rentrée fut mouvementée

ecol1.jpg

 

ecol3.jpg

ecol2.jpg

des bungalows en attendant les nouvelles classes
ecol7.jpg

 

cimg0041.jpg

Après l’effort, le réconfort…
ecole02.jpg

Tout est bien qui finit bien, l’école a retrouvée ses enfants et rivalise de modernité.

Mémoire de gangan

En travaillant à Montsinéry en qualité d’agent du patrimoine, j’ai rencontré plusieurs plusieurs doyens, dont Madame Adonis, qui a bien voulu me raconter quelques souvenirs. Cette ancienne gardienne d’enfants a garder toute son hospitalité, sa gentillesse et sa dévotion. Hormis son travail de gardienne, elle a longtemps tenu le restaurant, repris aujourd’hui par sa fille et son beau-fils.

Voici un de ses souvenirs :

En ce temps là, la route n’existait pas, la seule communication avec Cayenne était la liaison par voie fluviale. La vedette venait tous les 8 ou 15 jours pour distribuer le courrier et il arrivait également que Monsieur Gazobon face également une tournée.Il y avait un poste de police qui se trouvait pas très loin du ponton encore existant, et un marché qui permettait aux nombreux agriculteurs de vendre leurs produits ; il se trouvait sur la petite place déserte faisant face à la Mairie.

En ce temps là, la vie n’était pas facile, les gens s’entr’aidaient pour subvenir aux besoins des familles. Par exemple, si une famille décidait de faire un abattis, un rassemblement était organisé de telle sorte que les femmes coupaient les jeunes pousses et ensuite, les hommes s’organisaient. Ainsi 2 hommes allaient à la pêche,  2 hommes allaient à la chasse pour que les femmes s’occupent des repas.

On faisaient monter de Cayenne, plusieurs grandes barres de glace et des dames jeanne de vin rouge et de tafia. Les hommes se chargeaient de l’abattage des arbres au sabre ou à la hache tandis que les femmes servaient les boissons. Pour ceux qui allaient à la pêche, ils réalisaient des piquets de largeur et hauteur égale et déroulaient un panneau d’arouman pour faciliter l’écoulement de l’eau. Ils battaient le nivré (plante qui permet d’étourdir le poisson), l’envoyaient sur l’eau et après quelques minutes, le poisson comme enivré remontait à la surface.

Il leur suffisait alors de les ramasser et de ramener la pêche au mayouri. Les femmes se chargeaient alors de le nettoyer, le faire cuire et tout cela dans une ambiance de fête. A la fin de la journée, le terrain avait été déboisé en partie, les troncs découpés et brûlés pour la prochaine semence.

Expressions :

Filer les plus jeunes arbres : cela servait à entraîner les autres

Couper la clé : donner quelques coups de hache pour que l’arbre tombe en tournoyant comme une toupie.


1234

  • Album : Carnaval 2009
    <b>img4207.jpg</b> <br />

Statue de Jean Galmot

Statue de Jean Galmot

Schoelcher

Schoelcher

Sondage

En quoi consistait le fait de dire "piment" lors du jeu de corde à sauter ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Affiche

Affiche

Auteur:

laguyane

Mo ti koté (Mon pays)

"Eldorado, Enfer vert, terre du bagne", tous ces surnoms font la réputation de la Guyane, mais "a mo ti koté" parce que mon pays m'a vu naître, m'a insufflé dans les entrailles l'amour de ma terre. Mo ti koté a pli bel koté...Mo ti koté, a péi lanmou...Mo ti koté a mo pli bèl richès.

l’audace d’un peintre

l’audace d’un peintre

Portrait…

Salut, moi c'est Patricia, je suis une créole, mère de famille résidant à Cayenne ville capitale de la Guyane, et je suis actuellement en recherche d'emploi. Très impliquée dans la vie associative (culturelle, bienfaisance, apprentissage du savoir faire traditionnel...), je confectionne également des poupées pour les mariages, la déco, ou les poupées en chiffons. J'aime les activités manuelles, la pâtisserie, la cuisine et plein d'autres choses.

la place du coq

la place du coq

Maison créole –

Maison créole –

la tradition

la tradition

armoirie de la guyane

armoirie de la guyane

guyane13big.jpg

guyane13big.jpg

mai 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

PEPITO mon dragon d'eau |
infos-africa.fr |
MES HUMEURS AU FIL DES JOURS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | grandir
| Rapport Prévention Charleroi
| Les choses de la vie