Archives pour la catégorie contes et légendes

La légende de Baka la main

muerte.jpgCette légende se passe durant la période de l’esclavage sur une plantation. Partout aux alentours, on parle d’enfants qui disparaissent et nul ne les a jamais revu. Après maintes disparitions inexpliquées, une femme apprend que son fils sera désigné pour la nuit auprès du maître.

Ayant été avisée, la jeune femme se souvient avoir gardé un crucifix à l’époque des Jésuites, et que les Pères lui disaient souvent, que rien n’était supérieur à Dieu. Elle prit donc son crucifix et son scapulaire, procéda à un rite de protection de l’enfant et lui donna ses consignes.

Dans la nuit, l’enfant fut appelé auprès du maître qui lui demanda d’aller récupérer un livre qu’il aurait oublier sur un banc. Il était tard, l’enfant se préparait à sortir de la maison, alors sa mère l’appella, lui mit le scapulaire autour du cou et le crucifix dans la main, le confiant ainsi à Dieu.

Mon fils, dit-elle, l’homme que tu verras te dira « Baka la main », n’aie aucune peur, tend lui le crucifix et dis lui « Baka mon crucifix ». Il s’enfuira, tu prendra alors le livre et tu l’amèneras au Maître.

L’enfant partit chercher le livre et arrivé près du banc, satan lui dit : « Baka la main », serrant fort son crucifix, il répliqua « Baka mon crucifix », braquant celui-ci à la face de Satan. Le démon poussa un cri infernal et déguerpi en criant : « Diangolo »! Diangolo! Diangolo »!

Voyant l’enfant de retour, le maître devint tout à coup livide et demanda au négrillon s’il n’avait rencontré personne. L’enfant répondit négativement, selon les recommandations de sa mère. Le maître lui dit à nouveau : tu es bien sûr que tu n’as vu personne! Tu n’as pas remarqué un monsieur qui t’a parlé ?

Non maître, il n’y avait personne, j’ai trouvé le livre et je l’ai pris pour vous.Il ne dit plus un mot et fit signe au négrillon de sortir. Sur le coup de minuit la maison du colon fut le théâtre d’un désordre assourdissant avec bris et démolitions d’objets. Ce fut si terrible que les esclaves les plus courageux sortirent de leur cabane et allèrent voir.

Ils aperçurent des êtres étranges à cornes, à griffes et à queues qui emportaient le cadavre du maître.Pour ne pas faire état de la disparition du maître, on réalisa un cercueil dans lequel on posa un tronc de bananier.

La rumeur se répandit à toutes les plantations, et certains affirmèrent que le maître avait vendu son âme au diable et que celui-ci était venu le chercher.

 



  • Album : Carnaval 2009
    <b>img4207.jpg</b> <br />

Statue de Jean Galmot

Statue de Jean Galmot

Schoelcher

Schoelcher

Sondage

En quoi consistait le fait de dire "piment" lors du jeu de corde à sauter ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Affiche

Affiche

Auteur:

laguyane

Mo ti koté (Mon pays)

"Eldorado, Enfer vert, terre du bagne", tous ces surnoms font la réputation de la Guyane, mais "a mo ti koté" parce que mon pays m'a vu naître, m'a insufflé dans les entrailles l'amour de ma terre. Mo ti koté a pli bel koté...Mo ti koté, a péi lanmou...Mo ti koté a mo pli bèl richès.

l’audace d’un peintre

l’audace d’un peintre

Portrait…

Salut, moi c'est Patricia, je suis une créole, mère de famille résidant à Cayenne ville capitale de la Guyane, et je suis actuellement en recherche d'emploi. Très impliquée dans la vie associative (culturelle, bienfaisance, apprentissage du savoir faire traditionnel...), je confectionne également des poupées pour les mariages, la déco, ou les poupées en chiffons. J'aime les activités manuelles, la pâtisserie, la cuisine et plein d'autres choses.

la place du coq

la place du coq

Maison créole –

Maison créole –

la tradition

la tradition

armoirie de la guyane

armoirie de la guyane

guyane13big.jpg

guyane13big.jpg

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

PEPITO mon dragon d'eau |
infos-africa.fr |
MES HUMEURS AU FIL DES JOURS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | grandir
| Rapport Prévention Charleroi
| Les choses de la vie